La chevauchée fantastique

Dernièrement au collège, c’était la semaine de la gastro.
Séquence rituelle qui voit maigrir nos effectifs, nos classes se vider comme leurs occupants, faisant de tous ces vidages successifs, l’humble contribution de notre petit collège à l’épanchement national.
L’absentéisme résultant altère gravement le contenu de mes cours, que je me dois d’alléger en évacuant l’essentiel, afin de ne pas pénaliser les absents.
Ce matin, Bourzig, un des rares réchappés du vaste échappement, succomba à son tour… Lire la suite