Bonne nuit

« Je n’ai jamais défenestré un élève, je le jure. »
 
C’est une phrase curieuse mais tout est curieux quand on dort.
Tin les cauchemars tu parles d’un truc. C’est de jurer qui m’a éjecté de mon cauchemar, pasque j’aime pas mentir.
Je me suis réveillé transpirant, haletant, alors que je répondais de ce crime devant la cour d’assise du coin sous le regard goguenard d’un juge incrédule et on le comprend, il avait les photos sous les yeux.
Je sais c’est affreux mais c’est tout le problème des rêves, c’est tellement vrai, qu’à un moment donné, t’es obligé de te réveiller si tu veux pas aller en tôle. Imagine si tu te réveilles pas ?
 
J’comprends pas toute cette agitation quand je dors, alors que la nuit, si y’a bien quelqu’un qui n’ira pas vous faire chier, c’est bien moi. Le sommeil c’est un truc dans lequel je me suis toujours très impliqué, et ce dès l’enfance, on m’a même dit que j’était plutôt précoce, j’en tire aucune vanité, pasque j’ai toujours été très modeste aussi.
 
Mais je t’assure que quand t’es dans une cour d’assise en train de répondre de défenestration avec la menace de 20 piges à la clé, et que d’un coup tu te retrouves dans ton plumard, crois-moi t’apprécies.
La vie est bien faite au fond.
 
D’autant que je me souviens pas avoir balancé quoi que ce soit par la fenêtre au cours des 10 dernières années. En tout cas rien d’humain, un peu d’électro-ménager c’est vrai, mais rien de plus.
Mais ne soyons pas dupes, si le cerveau te passe un film sur le sujet c’est que t’as bien dû lui fourguer un scénario quelque-part, il a pas inventé tout seul.
Et là tu te dis ben ouais, j’y ai pensé, à la marge, sous le coup d’une humeur, mais on parle de quoi là ?
De quelques élèves pénibles, un petite centaine tout au plus, grand maximum.
Par an, c’est vrai.
Et pis la prison non merci, j’ai aucune envie de me radicaliser et de m’installer en Syrie, alors que j’ai prévu très prochainement de visiter la Suisse. C’est vrai, j’ai une sainte horreur de changer mes plans au dernier moment.
 
Bon allez, c’est l’heure de la sieste, j’sais pas où j’vais me retrouver ce coup-ci, mais je m’attends au pire.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *