L'affaire Bourzig

Ce matin, comme tous les ans à la même époque, petit exercice de sécurité.
En effet, comme ce sont des bus qui ravitaillent le collège en élèves frais, sous la houlette de la Prévention Routière, ceux-ci doivent apprendre à les évacuer en urgence, pour leur sécurité, et par voie de conséquence, celle du paiement de nos retraites.
À l’intérieur du bus, une vidéo est présentée aux élèves, d’une durée de dix minutes, puis les consignes étant données, des évacuations sont effectuées et chronométrées. L’objectif de durée d’évacuation est fixé à environ trente secondes.

Deux gendarmes assistent à l’opération, auxquels je m’empresse de serrer la main, la saison des manifs approchant, autant se faire bien voir.

J’apprends que le record est détenu par les 6e6, trente-deux secondes, donc je me retourne vers mes 6e4, et tel un coach hargneux, je les motive, surmotive, et je leur fixe un objectif de trente secondes maximum, sinon, et visez un peu la pédagogie, c’est contrôle surprise en rentrant.
Et les vl’à en train de grimper dans le bus investis de cette mission suprême, battre les 6e6, ces gueux.
Après avoir regardé la vidéo, première évacuation, je demande le temps au gars de la sécurité routière : quarante-quatre secondes.
Putain, l’humiliation. Les gamins me regardent tout penauds, je leur souris, je les déteste.
Alors je les rassemble, et là carrément, je menace d’interdire l’utilisation des Stabilo pendant un mois.
L’électrochoc quoi.
Ils sont sous pression, la tension est palpable, ils remontent dans le bus.
Deuxième évacuation, je suis fébrile, fais voir le chrono, TRENTE SECONDES !!!!!!!! OUÈÈÈÈÈÈÈÈÈÈÈÈÈÈÈ !!!!!!!!!!! ON EST LES KINGS !!!!!!!!!
Pardon.
Les gendarmes les félicitent, je dis au revoir aux gendarmes, à la prochaine les gars, et on regagne la classe.

À nouveau, je félicite les gamins, et pour les remercier, je leur montre un Kinder Bueno, en leur disant qu’c’est vraiment dommage que j’en aie qu’un, sinon j’leur en aurais donné, et j’le mange.
Du coup ça rouspète, ça rouscaille, et nous alors, c’est pas juste, mais j’me laisse pas faire, vous vous croyez où, non mais oh, au boulot vite fait, et les gamins reprennent leurs activités.

— M’sieur !!!! Bourzig il est pas là !!!!
Ben, il est où Bourzig ?!?!?!?
C’est ballot, j’ai pommé un gamin. C’est tout moi ça, qu’est-ce que j’peux être négligent des fois, j’vous jure, une vraie tête de linotte.

Bourzig, il est redoublant. Je l’avais l’année dernière, le vendredi matin de huit à dix.
Enfin, quand je dis que je l’avais, c’est beaucoup dire, pasqu’il était souvent absent.
La principale-adjointe s’en était inquiétée. Après enquête il s’est avéré que les parents de Bourzig faisaient les marchés du coin pour vendre leurs légumes et que le vendredi, comme c’est jour de marché ici, ben le gamin, il leur filait un coup de main. Malgré les rappels à la loi, la situation n’a jamais changé.

Bon, on a pris l’habitude. Ainsi, lorsque je faisais l’appel et que je citais son nom, tous les gamins reprenaient en chœur :
— IL EST AU MARCHÉÉÉÉÉÉÉ !!!!!!!!!

Bon moi, ça m’éclatait juste un peu de rire, mais bon c’est sûr, c’est pas bien, et j’vous dis pas comme y s’faisait charrier par les autres.
Bourzig, c’est le genre de gamin dont on repère assez vite que pour Saint-Cyr c’est cuit, mais il est d’une bravitude, et toujours à rigoler, un bienheureux j’vous jure. C’est sûr, il en rame pas une, et sa relation à l’écriture est comment dire, conflictuelle voyez. Ouais, j’peux vous dire qu’on assiste à de sérieuses explications entre lui et son cahier et il faut avoir le cœur bien accroché parfois, peuchère, ça fait peine à voir. Pasque faire subir des trucs pareils à un cahier de 100 pages, c’est pas humain, j’vous jure, c’est pas humain un truc pareil.

Ouais je digresse je digresse mais ça nous dit pas où est Bourzig.
J’envoie donc deux gamins au bus pour voir et je ressens comme une vague inquiétude.
Dix minutes plus tard, les gamins reviennent avec un gendarme qui tient dans la main un truc tout ébouriffé et moitié endormi : Bourzig
— Pas d’inquiétude, il dormait dans le bus.
Ben voyons.

— Ben alors Bourzig, tu t’croyais chez mémé ??
— Ben… j’me suis endormi devant le film…

Ben ouais, c’est des choses qui arrivent.
C’est vrai, moi ça m’fait pareil des fois, vous commencez un film super motivé et zou, ça vous prend en traître, les muscles du cou prennent leur RTT, et vous vous retrouvez juste un peu avachi tel un éléphant de mer sur l’sofa, vous sursautez, la paupière droite reste bloquée en position basse, mais la gauche résiste crânement, et avec juste un œil, vous tentez de le voir ce foutu film, vous vous agrippez au coussin, mais comme vous avez la tonicité d’une huître,la paupière gauche vous abandonne lâchement, c’te garce, alors dans un dernier sursaut, vous tentez de le regarder les yeux fermés, bravement, et pis d’un coup, the end, rideau, on ferme, vous êtes fait, refait, cuit, recuit, et vous sombrez comme une merde.

— Ben tu m’étonnes Bourzig, une vidéo de dix minutes, faut pouvoir tenir, faut un sacré mental…
— Ben j’crois qu’c’est la musique m’sieur…
Ben ouais. D’autant que de la musique y’en avait uniquement dix secondes pendant le générique de début, une éternité quoi. On peut donc supposer que Bourzig s’est endormi en cinq secondes.
Mais c’est vrai que la musique des fois, ça peut vous foudroyer un homme, alors un gamin, vous pensez. Et d’ailleurs c’est bien connu, on évite tous de monter un escalier en écoutant de la zique pasque c’est un coup à partir en roulades grave en direction de la cave.

J’insiste pas, Bourzig reprend sa place, les gamins rigolent, je calme tout le monde.
Les activités continuent, comme je dois commander des fers à souder, je remplis mon bon de commande et là je repense à une nana rencontrée la veille qui avait un décolletée, vous savez le genre de truc qui vous met les seins au niveau des épaules, et bien cette nana figurez-vous…

— M’sieur !! M’sieur !!!! Bourzig y s’est rendormi !!!!

Putain çui-là j’vous jure… Et c’est vrai en plus, il en écrase grave, j’peux vous dire. J’peux vous dire aussi qu’ça les fait sacrément marrer les gosses. Ce qui passe largement au-dessus de Bourzig qui à ce moment précis dérive du coté de la constellation du Centaure en battant pavillon de complaisance.
Mais je réagis comme il se doit :
— Chuuuuuut !!!! Bon, l’affaire est grave, Bourzig roupille. Alors on va le laisser dormir, donc pas de bruit s’il vous plait.
Ça amuse les gamins, ils sont surpris, mais ok.

Alors on a fini la séance comme ça, en chuchotant, ou communiquant par signes, déplaçant nos chaises avec précaution, on n’entendait plus que le mistral négocier un passage avec la lucarne, Laura me regarde en pouffant, j’lui fais un clin d’œil, Bourzig lui, il taille une bavette avec les étoiles.
.
Bien que ma consigne soit inhabituelle, ils l’ont bien respectée, parce qu’ils sont comme ça les gamins.

Quant à Bourzig, on savait ce qu’il faisait le vendredi matin, reste à établir ce qu’il fait dans la nuit du mercredi au jeudi.
À part ses devoirs, bien sûr.





51 réflexions au sujet de « L'affaire Bourzig »

  1. Alors quoi, pas d’appel après l’exercice d’évacuation ! Et si Bourzig était resté coincé dans les flammes.
    Je ne veux pas être oiseau de mauvais augure, mais du coup pour le record, c’est tintin.

  2. Me rappelle quand j’étais en 2nde et que du jeudi ou samedi soirje bossais dans un restau, genre je me couche à 2h du mat et je me lève à 5.
    Fatalement à 8h01, je bavais sur mes classeurs.
    Alors la pote, elle se collait contre moi pour me maintenir en position dite d’écoute, soit le coude levé, la main sur la joue, le tout contre le dos de la pote qui elle, prenait en charge le maintient de ma position mais aussi le cours.
    Sympa les potes.
    Des bizettes, le Bourzig, il fait taire tout le monde, il en a de l’autorité lui!

  3. Bon… Je suis par chez vous depuis un petit moment, sans jamais me décider à envoyer des commentaires. Peur de la gauchitude peut-être… Alors, aujourd’hui, comme votre humour m’a manqué (bah oui y’a que quand les choses [ou les gens] ne sont plus là qu’on se rend compte à quel point on les aime), j’ai l’honneur de me présenter à vous comme une admiratrice.
    Continuez à nous faire rire, M. Charly !
    (http://apenzep.canalblog.com/)

  4. Inconscience professionnelle

    Oublier un gamin dans un bus potentiellement en flammes, soit, mais ça va pas bien non de menacer d’interdire les stabilos ??? Moi-même consommatrice immodérée de stabilos durant toute ma scolarité (surtout vers la fin), à vous lire mon sang ne fait qu’un tour. Autant je prenais plaisir à lire votre blog, autant là c’en est trop.

  5. Mea culpa…

    Et voui, cher Gourou professoral, j’ai arrêté de lire ta chronique il y’a quelques temps… Je m’incline bien bas, chargée par le poids de la honte qui m’assaille…
    Je rattrape donc cette ignoble infamie en relisant avec délectation tout ce que j’ai raté depuis lors… Et je jubile!
    J’ai même décidé de diffuser par dela ma salle des profs l’effet tonifiant et revigorant de tes chroniques…
    Merci donc cher collègue de faire fonctionner mes zygomatiques…

  6. Et tu vois, (jte tutoie, hein) j’aurais eu un prof comme toi au collège, ptet je serais partie en cap tuyauterie.
    Mais non, mes profs zétaient pas droles. Alors j’maitrise du droit. Mais c’est quand même ‘achement moins fun que t’es cours, j’ai envie de dire.

  7. Prems !

    Oui, je sais, c’est puéril… mais pour une fois, ça me fait plaisir d’être la première à envoyer un commentaire… Pardonnez cet instant de folie inconsciente, Charly, je vous en prie.

    J’adore votre génie pédagogique ! Le coup des stabilos, c’est assez fantastique (même en fac ça marcherait, en plus, ça doit être ze moyen de pression universel, pire que la bombe atomique. Il paraît que la Convention de Genève cherche à l’interdire, d’ailleurs.) Le Kinder Bueno, par contre, c’est vache. Il est où l’exemple du prof-qui-est-parfait ? S’envoyer ce manger trop-sucré-trop-salé devant des âmes innocentes… Ou alors c’est pour leur montrer les ravages ainsi causés ? ;)

    Et le pauvre Bourzig et sa catalepsie ! Mieux vaut le laisser dormir, c’est une cause perdue, on dirait. Pauvre de lui… et pauvre cahier !!!

    Tout ça pour vous dire un grand BRAVO, Charly, vos textes sont toujours aussi drôles, ça fait du bien de vous lire. Un vrai rayon de soleil dans une journée trop grise !
    (enfin, toutes proportions gardées…)
    ;)

  8. Bah vi mais mon vénéré Charly y’a un hic, si Bourzig il dormait encore dans l’bus, bin ton record tu peux te l’carré dans ton euh ta corbeille quoi… avec l’emballage du kinder bueno… j’veux dire :-)

    Merci merci merci pour tes p’tites histoires, limite quand j’les lis avant de m’coucher, bin limite j’ai besoin d’rien d’autre pour faire de beaux rêves… Hmmmm Merci Môssieur Le Prof (z’en ont d’la chance tes 6ème4 !)

  9. Génial!

    Ton article me remonte le moral qui était à moins 20 tu peux pas savoir!La crise de rire ah! ça fait du bien!
    tiens je t’embrasse!

  10. Ben décidément, ils ont pas l’air trop malheureux les 6è4…
    Merci pour cette chronique, toujours aussi drôle, moi j’aimerais juste qu’il y en ait plus souvent…

  11. Mais ça va pas non?!

    Me faire pleurer de rire devant mon pc alors que je suis censée travailler!!! Nan pa’ce que j’étais en plein entretien avec un jeune qui me racontaitt ses déboires avec la justice (et oui mon crédo c’est plutôt les sortants de prison) et comme il me resservait une énième fois le laïus « Les flics i’sont méchants, m’en veulent, c’est la vieille qui m’a donné son sac même que le couteau que je lui agitais sous le nez c’était pas pour lui faire peur mais pour lui montrer comme il était beau! », ben j’en profitais pour parcourir discrètement votre blog. Enfin… Jusqu’à ce que j’éclate de rire sans pouvoir m’arrêter, pile au moment où il me confiait ses angoisses quant à son futur procès (même pas drôle, risque 5 ans ou plus pour braquage à main armée)!!! Et je lui explique comment moi maintenant qu’il faut qu’il me détache parce que c’est pas ses malheurs qui m’ont fait rire mais Bouzig et ses endormissements minute?!!
    Merci Monsieur, et n’hésitez pas à nous écrire encore.

  12. Merci!!!!!!!!!!!!!!!

    Même quand ça va pas…..Finalement, on viens là….Et après…..ça va!!!!!!
    C’est miracle?????
    Non, c’est Charly le prof…….
    Mille merci!!!!!

  13. E.N

    rien a voir avec Bourzig….
    mais si j’avais eu qqls profs(allez un seul j’suis pas gourmande!)du même acabit que toi(je me permets?tout le monde se tutoie dans la grande famille E.N)lorsque j’étais gestionnaire (pour les non initiés l’intendante/la dame aux sous…)je serais peut être encore dans un établissement.
    cependant,jeune et jolie(enfin pas mal, disons que y’a pire!)trentenaire, j’ai souvent eu l’impression de travailler du coté obscur de la force tant les profs étaient(c’est pas un choix multiples!)vieux/coincés/chiants…..
    alors merci.
    (par la même occasion j’aurais pu prendre des cours d’infos car çà fait trois fois que je tape se ….de commentaire!c’est bien en techno qu’on apprends çà?)

  14. si j’avais su

    et moi qui devais ruser pour pas qu’on me repère (y a qu’à demander à Freckles) , il a même fallu que j’apprenne à me rendre invisible…si j’avais su que l’on me ficherait juste la paix. Pour un peu j’irais me coucher…

  15. Quel bonheur

    J’ai découvert votre blog il y a une semaine a peine et je viens depuis y jeter un œil tous les soirs pour voir s’il y a un nouveau post…. J’ai déjà TOUT lu (y’avait rien de bien à la télé…) et c’est vraiment que du bonheur. J’ai pleuré de rire en lisant le post sur le mot « technologie » et la page de garde… pas de surprise, je ne suis qu’une fan de plus, mais du Portugal, cette fois-ci!!! Charly s’exporte !!!

  16. méthode pédagogique

    j’ai mieux que le Kinder … la sucette pour chacun le vendredi, quand ils ont été à peu près corrects la semaine et comme c’est une à chacun ou rien pour personne, ils s’arrangent , mes gaillards de 15 à 19 ans pour y avoir droit…il m’est déjà arrivé de ressortir la Mini le vendredi soir, juste avant la fermeture du magasin sympa et pas cher de mon quartier, pour aller acheter les paquets et la paix dans les cours. Et si je vous disais que j’en suis à ma 37 ème année d’enseignement en lycée pro et que mes collègues hésitent à recourir à la méthode car elle a quand même un coût!!! petite précision, la sucette est consommée sur place, interdiction de la croquer et ainsi elle dure 20 mns. Kinder c’est bien, Chupa Chups c’est d’enfer. j’en vois qui lisent ce texte et qui n’y croient pas, je peux envoyer des photos des p’tits caîds avec leur sucette.

  17. Bien vrai

    Exact. Bookseller ou l’élève invisible, car comme chacun on n’a jamais l’air aussi éveillé qu’affalé sur sa table mais MAIS… planqué derrière ses deux mains qui, elles, bien plaquées sur la face, maintiennent l’illusion parfaite de la concentration intense… Stabilo contre roupillage, chacun sa méthode!

  18. j’avais toujours pensé que les profs étaient de pervers sadiques, et j’avais raison :la preuve en est là. Interdire les stabilos et surtout, surtout, manger en égoiste un kinder bueno en public, seigneur marie joseph!!!!
    par contre, le Bourzif, il est fort pour mater une classe!!!xca mérite bien une panoplie de stabilos multicolores

  19. ça m’amuse parfois d’imaginer que mon voisin (prof de techno) puisse être Charly … non, impossible, il serait plus drôle que ça quand il me dit « bonjour »… Quel dommage tout de même que mon voisin ne soit pas Charly, car on se paierait de sacrées tranches de rigolades ! MERCI CHARLY !!!

  20. Eh ben…

    Je vois un lien sur un blog ami, alors je clique.
    10 minutes après, zygoamtiques en bouillies, coulées de khôl la figure qu’on dirait un panda…
    Je suis fan !!!

  21. Commande urgente de Bourzigs

    Adoptons un Bourzig par classe, silence garanti toute la semaine (en admettant que le Bourzig de série roupille de 8h30 à 17h30, afin que chaque prof en bénéficie), avec distribution de sucette finale le vendredi, méthode préconisée par madame Chupachups (voir plus haut).

    J’ai un autre atout: le stabylo on s’en fout dans mes classes, par contre, le blanco-correcteur-escargot baveur-pinceau-qui-pue, au choix, ça a la cote.
    Je sabre et je fais des collectes de correcteur régulières, ça calme bien. Et je n’ai pas eu besoin d’en acheter depuis longtemps (ainsi que des ciseaux, des règles, des gommes et des crayons).

    Je passe une commande d’une douzaine de Bourzig niveau 5è-4è-3è pour la rentrée 2008. Merci.

  22. on a eu la même « animation » l’an dernier sauf que…..le conducteur du bus sur place n’était pas au courant, ni formé donc après un film hyper saoulant à force de vouloir faire djeuns, les gamins sont retournés en classe…et pas un seul gendarme sur place chez nous, bref la top classe…

  23. Grillé Bourzig

    Ton inconséquence est bien à la hauteur du peu de cas que tu fais des chères têtes blondes qui te permettent de gagner ton pain (assez facilement semble t il) à la sueur de ton front Chabalien (si je me fie à ton autoportrait).

    Laisser Bourzig dans le bus. En voilà une belle manière de diminuer les effectifs; La canicule à Charly? C’est le barbecue 55 places. Y a eu l’été à 15 000, tu vas nous faire le ramassage à combien? 20 000?

    Tu me diras il aurait pas souffert le brave Bourzig ( c’est pas facile à dire Bourzigue aussi je propose à l’unanimité plus une voix qu’on le baptise Bouzigue.)

    Pardonne moi de changer de sujet mais ton intendant il est comment? Because y en a des graves ……je le sais j’en suis un et des fois j’ai honte quand je suis au milieu d’eux. J’ai envie d’hurler ; »J’vous jure Monsieur le Président,je les connais pas »

    Je t’en reparlerai

  24. Encore un coup de …

    … Sarko! Il crée un blog pour nous faire croire que, les profs, ils sont trop fun ! Vraiment pour faire les clowns avec les gamins, sont trop bien payés =;->

  25. ben quoi ?….

    ben quoi ça peut arriver à tout le monde !!!
    moi je me suis endormie sur mon clavier au bureau ……
    ce sont mes ronflements qui ont alertés mes collègues !!!!!
    malgré leur appels rien n’y a fait
    il a fallut faire sonner le tél pour que cela me réveille ….!

    mais chut….le patron ne le sait pas

  26. J’aime trop les blogs de profs
    Mais la, c’est vraiment le meilleur!
    Et puis les sixiemes je les aime bien moi mais je les ai que en vacances (anim en colo!!)

    Merci pour ce petit moment de lecture bien agréable entre 2 révisions…

  27. Whoah.

    Si seulement mes profs’ faisaient appliquer les mêmes consignes…
    M’enfin, bref. Faut croire que le gamin a les mêmes nuit que vous, M’sieur < ^^/.

  28. Je voulais vous remercier, M’sieur le prof.
    Grâce à vous, je viens de me taper un fou-rire monstrueux avec juste ce passage « — Ben tu m’étonnes Bourzig, une vidéo de dix minutes, faut pouvoir tenir, faut un sacré mental… ».
    Je découvre votre blog (je n’ose vous tutoyer :p) et je me marre mais je me marre ! Excellent !!

  29. Donc si BOURZIG s’est endormi ds la car, on peut demander l’annulation du score de 30 secondes…
    Tu vas leur mettre quoi comme sujet ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *