Casanova

Je vous livre le scoop : Bourzig et Fanny, c’est une affaire qui roule.

La rumeur nourrissait depuis quelques jours déjà les conversations des 6e4, et elle est arrivée jusqu’à moi.
Bon, évidemment, je vous demanderai la plus grande discrétion, ils n’apprécieraient certainement pas de se retrouver en couverture de Voici.
Mais je m’en doutais un peu. Parce que figurez-vous que depuis quelques semaines, lorsque Bourzig me rend ses punitions, je remarque qu’elles sont complètes, propres, et surtout, parfaitement lisibles.
Et ça, ce sont des signes qui ne trompent pas : une tierce personne fait ses punitions.

Mais qui peut accepter de faire les punitions de Bourzig ?!?!
Et bien tout simplement : une fille follement amoureuse.
Rhooooooooo !!!!!

En fait c’est une pratique courante en collège, et parfois même, lorsque l’élève mâle est très mignon, elles s’y mettent à plusieurs. Il arrive aussi qu’elles notent le cours de l’être aimé, qui du coup peut vaquer à son occupation favorite : la glandouille.

Alors bien sûr, les affaires de cœur des 6e4 ne me regardent pas. Mais bon, comme je ne peux pas m’en empêcher, je vais taquiner Fanny.
— J’ai appris pour Bourzig, félicitations Fanny…
— Merci…
— Il est gentil Bourzig ? J’espère qu’il t’a offert des fleurs…
— Non…
Les copines s’en mêlent :
— Bourzig y lui a offert un cadeau !!!
Fanny est un peu gênée, puis elle sourit, ouvre sa trousse et fièrement :
— Oui, il m’a donné son taille-crayon…
Rhooooooooo !!!! La classe ce Bourzig !!! Si c’est pas un engagement ferme ça, je m’y connais pas !!!

Et en plus, c’est une super idée !!!! Ma prochaine nana, plutôt que de lui offrir des fleurs, des fringues ou autres, j’y offre un rouleau de scotch !!! Et avec un peu de chance, si je tombe sur une généreuse, j’aurais peut-être un trombone !!!!

Alors je siffle d’admiration devant un tel présent, et j’imagine Fanny le soir, dans son lit, regarder le taille-crayon en rêvant à son chevalier.

Bon, le chevalier, lui, je l’ai expédié au fond de la classe pour cause de bavardage, où il colle très appliqué quelques vignettes sur son cahier, dépassant à peine d’un maillot de l’OM deux fois trop grand pour lui.
Je m’empresse de le rejoindre pour le taquiner à son tour.
— Alors Bourzig, j’ai vu que tu avais fait un joli cadeau à Fanny…
— Ouais…
— Sympa. Et elle t’a fait quoi comme cadeau Fanny ??
— Ben rien…
Rhooooooooo !!!! Quel menteur ce Bourzig !!!
— Elle t’a pas un peu aidé pour les punitions ??
— Ben non, c’est Laura…

Laura ?!?!?

Le coup de théâtre.

Ben moi j’croyais que Laura était avec Kévin, oh putain, ça sent l’embrouille c’t’affaire.
Comprenant que je suis détenteur d’une information explosive, je décide de prendre un peu de distance et de ne plus poser de questions. J’ai déjà eu l’occasion de me retrouver dans des embrouilles de couples et j’ai tendance à fuir ça comme la peste.
Mais quand même, comment Bourzig peut faire un truc pareil à Fanny ? Faire écrire ses punitions par une autre ?? Mais c’est parfaitement dégueulasse !!!

Mille questions m’assaillent.
Et Fanny, si elle l’apprend ? Saura-t-elle surmonter cette épreuve ? Va-t-elle lui jeter au visage son taille-crayon spécial graphite et couleur jusqu’à 11mm de diamètre, entièrement en métal à double réservoir et trappe de vidange avec le Mickey dessus ??? Et Laura ? Quel jeu joue-t-elle ?
Et le taille crayon ? Était-il vraiment à Bourzig ??

C’est donc assez perturbé, mais finalement plutôt admiratif, que j’observais Bourzig. Qui aurait pu penser que dans ce maillot de l’OM se cachait le Casanova des 6e4 ? Je le regardais en train de s’expliquer avec la cartouche de son stylo plume, qu’il tentait vainement d’emboîter, tâchant à peine son cahier, juste ce qu’il faut quoi, quand soudain, très abattu, il leva le bras, et m’interpellant, je l’entendis déclamer dans un grand soupir, irradiant d’un coup l’ensemble de la classe, cette phrase qui résonne encore dans ma mémoire :
— M’sieur !! Pffffff… Ça sonne dans combien de temps ????





39 réflexions au sujet de « Casanova »

  1. La classe ultime!

    Je pense qu’on peut dire qu’il a la classe internationale le bourzig!
    Mais peut-être que Fanny est au courant ou alors que Laura et Bourzig ne sont que « bons amis ».

    Donne nous des nouvelles!

    (P.S: blog très marrant, j’ai pris la peine de lire l’intégralité des archives, oui Monsieur, et j’ai vraiment explosé de rire par moment! Surtout ne t’arrêtes pas en aussi bonne voie!)

  2. Ce que tu ne sais pas, cher prof, c’est que Bourzig est le frère caché de Fanny et Laura ! Disparu à la naissance (probablement enlevé à la maternité) et dont on aperdu la trace !
    S’il demande la fin du cours c’est qu’il doit aller rejoindre la dame de la cantine qui détient des informations ultra-top-secrêtes sur la provenance du taille-crayon (un trésor serait-il caché dedans ? )

    Je continue ?

  3. Fichtre !

    On se croirait dans un magazine people…
    Votre blog est particulièrement drôle. Nombreux sont ceux qui auraient aimé vous avoir comme prof. Et bien j’avoue que j’aimerais bien vous avoir comme collègue (et je fournis les bières ! ). Au plaisir de vous lire à nouveau.

  4. Certes, c’est original d’offrir un rouleau de scotch, mais attention au message subliminal : scotch-collant-genre de type à être toujours sur mon dos-limite complètement barré dans sa tête de jaloux possessif pervers…

    Parfois, c’est bien des fleurs…

  5. Mille idées de commentaires m’assaillent !
    J’ai donné aussi un taille crayon à un collègue de bureau et j’étais loin d’imaginer les conséquences de cet acte, bénin à priori …
    Pas méfiée ;-)
    Je profite de l’occasion pour te dire le plaisir (et le sourire) que j’ai eu à la lecture de ton blog !
    Bonne continuation

  6. A mon avis, Laura essaye juste de briser le ménage en se montrant plus dévouée que Fanny. Et lui, il tombe dans le panneau…
    En attendant j’aimerai bien poser la même question à mon chef moi…

  7. Je me demand ce qui attire toujours les demoiselles chez le Bourzig de service… Mon jeu à moi c’est de m’imaginer à quoi ressembleront les enfants…

  8. wahouuu

    je donnerai plus jamais de taille crayon….ca c sur, ni de post its d’ailleurs
    nan mais ce bourzig, le tombeur!!!ca alors!!!dommage qu’il y ait pas de photo, je t’aurais dit si j’aurais pu en tomber amoureuse qd j’etais en 6e1…..

  9. Un des chefs de service m’a prêté son taille crayon…o my god…dois-je venir au bureau avec ceinture de chasteté fermée à triple tour?
    Bill Henriksen (le polygame de Big Love)/ Bourzig : même combat!
    (comment cela se fait-il qu’un gamin de 6ème ait une vie romantique plus épanouie que la mienne? )Demain, je file aux rayons « fournitures scolaires » d’Auchan.

  10. Oui, alors au milieu je me disais « mais qu’est-ce qu’il est couillon, ce prof, c’est pour tailler les crayons qui servent à la correction qu’il lui a offert un taille-crayon !! » Un peu comme ces hommes qui offre sûrement des fers à repasser ou des moules à gaufres à leur femme… De là à dire que le Bourzig copie son papounet…

    Mais si ce n’est pas celle qui a le taille-crayon qui fait les punitions… Ou alors c’est justement pour lui donner des idées…

  11. La guerre des ménages

    Je suis très déçue, moi qui croyais que c’était toi le Casanova de ces chérubines …
    Je serais à ta place, je semerais un peu la zizanie dans ces petits couples pour me venger de cet outrage !
    Puis par la même ocassion, ça leur apprendra les réalités de la vie ;-)
    c’est ça aussi l’école …

  12. la pouffe n’a pas d’âge!

    ahhhh moi jte le dis une traitresse ça n’a pas d’age, quelle pouffe cette Laura!!!!
    mais c’est la meilleure amie de Fanny ou bien?ahlala.. bon jvois que jsuis pas la seule à me mêler des affaires de mes élèves et à découvrir des secrets terribeules.

    Ton blog m’a donné envie, comme beaucoup d’autres (notamment la morue) d’ouvrir un blog, donc si ça te dit n’hésite pas.

    Bonne semaine Charly, A bientôt,
    des bises

  13. Bonjour Charly…

    J’apprécie à s ajuste valeur la réplique finale de votre Bourzig national. Je reconnais humblement découvrir cette variante de haute volée du plus commun « Monsieur il est quelle heure? »

    ce à quoi je répondrai désormais par une leçon sur l’inversion du sujet dans les phrases interrogatives… On n’est prof ou on ne l’est pas! ;)

    Vivement la suite des aventures du Casanova des préaux!

    :)

  14. J’étais à la bibliothèque récemment et j’ai vu opérer un Bourzig de classe de seconde portant aussi un maillot de footballeur; faire recopier à trois filles différentes les sept pages d’un manuel, punition donnée par un prof de SVT apparemment.L’innocente devant moi venait d’accepter sans rien en échange et sachant qu’elle avait des rivales.Elle semblait ravie de faire partie des « élues »…les Bourzig ont encore de beaux jours devant eux.

  15. Chez nous la Fanny on l’ embrasse sur la partie la plus charnie de son individu quand elle a perdu la partie justement.

    Ca existe encore les taille-crayons? Donc il reste encore un truc à offrir en gage de ses sentiments, pasque le jour où les crayons se tailleront de l’ école tout seuls, quand seuls les ordis règneront en maître comme toi Charly, le dialogue se fera à trois: l’ homme, la machine et l’ élève, et là! Toc! plus un sentiment ne passera. Les cancres feront triste mine, comme leurs crayons!

    Bisous Charly mais je ne t’ imagine pas du tout en entremetteur, par contre t’ as raison de veiller sur le matériel scolaire, le fondement du savoir tout ce qu’ on ne sait pas encore, c’ est à dire l’ heure du déclin. Comme ton preux prince glandeur!!! Hi hi hi!!!

  16. Je veux etre en 6eme4

    Bonjour Monsieur le Prof!
    Je viens de découvrir votre blog (heuu d’habitude je tutoie tout le monde, sur le net, mais là, vieille habitude… un prof, ça ne se tutoie pas!;)), donc je viens de découvrir votre blog, ça fait 2heures que j’y traine, tellement c’est bien raconté. Ca me donne presque envie d’etre en 6eme4, sauf que j’ai quasi 27 ans et que je n’ai pas très envie de revivre l’adolescence…
    Vous êtes trop sexy monsieur, j’aurais bien aimé avoir un prof de techno comme vous;)

  17. Vous avez raison Charly de fuir la peste!… Prof d’embrouilles,incitation à la débauche… ce ne serait pas digne d’un winner!

  18. Hello,

    Je découvre ce blog vraiment par hasard. Je suis séduit.La drôlerie ? L’atmosphère ? Bon, il est bien tard, mais je reviendrai très vite pour en lire davantage.
    A tantôt

  19. j’ai moi aussi tenté de mettre mon nez dans une affaire de couple, quand Lohan (4 ans et demi), l’amoureux officiel d’ Adele (4ans) a embrassé Tatiana (4 ans également). j’ai voulu m’enquérir du pourquoi, et il m’a été répondu que c’est parce qu’il y avait eu échange de feuilles mortes entre les deux amants, là j’ai compris que je n’avais pas les épaules pour m’en méler.
    je suis rassurée de voir que je ne suis pas la seule à m’interesser à ces amours dignes de Guerre et Paix (version maternelle, en ce qui me concerne)…

  20. Le pouvoir érotique du taille-crayon…

    … est vraiment immense. Comment avais-je fait pour l’ignorer jusqu’à aujourd’hui ? Comment était-il possible de vivre sans connaître cette clef de l’art de séduire ???

    Bon, c’est pas tout, mais demain je passe à la papeterie…

  21. Merci Charly

    il y a deux ans que je me jette sur ton blog quand je déprime et la chute est toujours hilarante !Prof comme toi je me sens parfois des envies de lancer mon cartable à la décharge qqlfois à cause des élèves , souvent à cause de certains adultes de l’EN ou des idées on ne peut plus saugrenues qui circulent pour sauver les meubles et peut-être ceux qui y sont assis de longues heures ! En te lisant je ris aux larmes et je me dis : Allez demain j’y r’tourne et puis.. la décharge est loin !

  22. Beaucoup de mal à ne pas exploser de rire aprés avoir lu ça :) !
    On a vraiment l’impression de retourner sur les bancs d’école lol, ou plutôt du collège ;)
    Je prends vraiment plaisir à vous lire et je me marre bien.

  23. le taille crayon

    Je suis sur qu’il y a des indices déterminant sur le taille crayon. Mais j’ai encors plus de raison de pénsé que les deux muses se connaissent et partage sans nul doute leurs ambitions. Et que cette corigeuse clandestine de punition n’est t’en faite que l’instigatrice de l’histoire amoureuse de ce convoité Bourzig. Son coach en quelques sorte…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *