Le mot le plus long

Une tâche incontournable lors des premières séances, lorsqu’il reste du temps évidemment, c’est la réalisation de la page de garde du cahier.

Rien de bien compliqué, chaque élève doit indiquer sur la première page son nom/prénom, la classe, l’année scolaire, et en plus gros, le titre, « TECHNOLOGIE ».
Je ne donne pas de consignes particulières, si ce n’est un exemple au tableau, avec mon nom.
Évidemment la question ne manque pas de savoir s’ils peuvent mettre des couleurs et faire un beau dessin, ce s’rait tellement chouette. Il y a quelques années j’imposais une rigueur et une précision toute technologique et puis bon, vu les problèmes rencontrés par les gamins pour centrer le mot « TECHNOLOGIE » sur la page, j’ai renoncé.
C’est donc quartier libre et je peux vous dire qu’ils s’en donnent à cœur joie.

Ce matin, je regardais mes 6e4 s’adonner sans retenue à cette activité hautement pédagogique, et vas-y que j’te débouchonne le Stabilo vert, et que j’te recapuche le feutre rouge, clip-clop, clip-clop… c’est mimi, et vas-y que j’te dessine la méga fleur de l’univers infini, aucun rapport avec la techno mais bon, on va pas chicaner non plus.

Pendant cette activité, je flâne entre les tables, sans rien dire, pas un sourire, pas la gueule non plus, juste le plaisir discret d’être avec eux.
D’où quelques constatations que je vous livre.

Bon l’éternel problème, encore et toujours, c’est d’écrire le mot « TECHNOLOGIE », putain fait chier çui-là.

Pasque bon, t’as beau démarrer bien à gauche de la page, ça dépasse toujours à droite, j’te jure.
Donc si t’as la chance d’avoir senti le truc venir, tu peux réagir, mais pas toujours.
Et vous allez voir comme y sont astucieux, en fait, y suffit de faire les lettres un peu moins larges à la fin qu’au début, et hop, le tour est joué.
Donc le "G", comme ça, mine de rien, tu le ratatines grave jusqu’à c’qu’y ressemble à un « I », et le « E » tu lui coupes les pattes bien à ras et hop, ni vu ni connu.
Et même qu’y t’reste de la place, j’t’assure.

Au final, t’as l’impression que le mot « TECHNOLOGIE » s’est gaufré à fond le bord de la page, comme un crash-test quoi, le devant est tout niqué, mais le derrière, nickel.

Mais des fois, tu l’as pas vu arriver le bord de la page, donc y t’reste trois lettres dont tu sais pas quoi foutre.
Et là, vous allez pas m’dire comme y sont malins ces gosses, les trois dernières lettres, plutôt qu’de les écrire sur la table, tu les choppes par le col, et zou, tu les mets juste bien pile poil en dessous, sous l’tapis quoi, mais pas trop bas, et bien à droite.
Mais comme tu sens bien que t’as peut-être fait une erreur, et que ça risque de se voir, l’air de rien, tu changes de couleur, pour faire diversion.

Quand je vois ça, je m’arrête devant le gamin et je regarde son titre, très sérieusement.
Du coup, le gamin me regarde, alors je le regarde.
Pis je regarde à nouveau son titre, très sérieusement, et lui y fait pareil, et ensuite, on se regarde.
Un bon moment.
Alors y m’dit :
— Ça va comme ça ?
Et je lui réponds :
— Impeccable.
Et là, surmotivé, y passe un méga coup de Stabilo pour faire joli sur le titre qu’était pas sec.

Pis des fois, t’arrives à mettre toutes les lettres mais pas d’bol, t’en as oublié une.
En général c’est moi qui leur fais remarquer.
Alors le gamin y regarde le tableau pour vérifier, des fois qu’tu lui aies dit une connerie, et y dit :
— Ah oui.
Ben ouais.
Mais pas d’panique, c’est quoi la lettre qui manque ? Le « H » ?
Et là, t’emmerde pas, crois-moi, tu choppes le « H », tu le mets dans un étau et tu serres, tu serres, jusqu’à qu’y respire plus.
Et tu le glisses juste pile poil entre le « C » et le « N », avec des petits coups de massette s’y faut, pour qu’ça rentre bien, et hop, nickel-chrome.
Et tu regardes le prof et tu dis :
— Ça va comme ça ?
Et je réponds :
— Très bien, et surtout, ne change rien.

Pis y’en a qu’aiment pas trop les couleurs pastel, pasque ça fait un peu tapette quand même, alors y z’écrivent avec un gros feutre indélébile.
Le gros avantage du feutre indélébile, c’est que ça tape bien à l’œil, et surtout, il est indélébile sur les dix pages suivantes aussi.
Donc elles servent plus à rien et tu peux les arracher vite fait.
Mais surtout, faut éviter de mettre un coup de Stabilo sur de l’indélébile, ça peut tacher.
Mais bon, des fois, t’y penses après.

Et pour finir, je tombe sur un truc nouveau, le mot récalcitrant écrit verticalement.
Ça, t’y aurais pas pensé, ben le gosse là, oui.
Mais comme c’est un sacré rebelle le mot « TECHNOLOGIE », et ben même verticalement, les lettres elles rentrent pas non plus.
Alors là, et vises un peu la combine, tu laisses comme c’est, tant pis, il a eu sa chance, et pis c’est tout, c’est vrai quoi, j’me demande pourquoi on s’emmerde des fois, et du coup, t’inventes une nouvelle matière : la technolo.
Et si le prof fait une remarque, n’hésite pas, envoie-le quasiment chier, pasque faut quand même pas pousser, tout l’monde comprend c’que ça veut dire, non mais je rêve.
Et comme t’aimes bien la jolie finition qui fait la différence, n’hésite pas à bien barbouiller l’intérieur des lettres, en dépassant un peu, mais pas trop, et pis surtout, avec la même couleur si possible, ou mieux, en noir, pour qu’ça ressorte bien, qu’ça en jette quoi.
Et tu regardes le prof et tu dis :
— Ça va comme ça ?
Et je réponds :
— J’aurais pas fait mieux.
Du coup, surmotivé, tu envisages de barbouiller aussi l’intérieur des lettres qu’elles en n’ont pas d’intérieur, mais tu hésites un peu en regardant le prof, ben faut pas, j’t’assure, vas-y, sors de ta réserve, va de l’avant, et touille bien comme y faut, pense à bien racler les bords, tu verras, ça fera un joli trou.
Bon, ce sera juste un peu illisible, mais franchement, qu’est-ce qu’on en a à foutre ?

Alors vous rejoignez la fenêtre, vous regardez la campagne alentour, et vous souriez, discrétos, et vous vous laissez aller à repenser à une brune aux cheveux courts, ses jambes, ses ballerines taille 37, son regard noir, ses baisers de folie, ses somptueux ni…
— M’sieur, j’me suis trompé, j’peux mettre du blanc ?
— Oui oui, vas-y, fais-toi plaisir.

Ben vous savez quoi ?
Sont trop mignons mes 6e4.





92 réflexions au sujet de « Le mot le plus long »

  1. mais il est où le prof du premier jour? hu?

    ( entrain de me faire l’integral du blog, l’abdal contracté, le rimmel sur les joues et le zygomatique en souffrance .. merci! )

  2. On ne peut pas insérer des scans de première page dans ce blog?

    Non parce qu’on est très nombreux à savoir que c’est « tellement ça », mais y’a plein de gens qui « le croivent pas »

    Vrais qu’ils sont mignons ces petits de sixième quatre. A lire ces textes, on les aime déjà tout plein.

    Est-ce qu’il y en a avec une crête d’iroquois faite à la superglu au sommet du crâne? Ceux-là, je fonds, carrément devant. J’adore passer ma main dans leurs cheveux pour témoigner mon affection et l’attention que je leur porte, et puis ça déstructure tout (il faut mobiliser la spikologue après tant ils sont contrariés; mais ça vaut bien le prix du rouleau de sopalin nécessaire pour s’essuyer après, tant c’est drôle)

  3. Bonjour,
    habituée du site, c’est la première fois que j’écris, ça fait du bien, franchement, tout simplement j’adore comme dirait les momes j’adore trop. euhhh dit monsieur je peux le faire avec un feutre qui a l’encre qui gonfle….? et le feutre tendance or paillette ça le fait aussi non …..
    encore chapeau tu me fais souvent rire

  4. La vie est mal faite

    parce que moi, comme prof de techno, j’ai pas eu de Charly. A l’époque, j’étais championne olympique (et oui, suis restée amateur, pas le courage de me lancer dans une carrière pro) de la tache qui bave sur la feuille, sur la table et sur la paume de ma main.
    Et mon prof n’aimait pas ce sport.
    Kiki :-)

  5. si j’étais vous, je compilerais tout ça dans un joli livre, style jaquette fleurie, et je l’enverrai à un éditeur.
    Sans déconner.
    Vous écrivez super bien.
    C’était la minute cirage de pompes, il n’y en n’aura pas d’autres. Faut pas pousser non plus l’horloge Comtoise, on n’est pas des charitables.

  6. Merci à Benjamin pour avoir recommandé ce blog…

    Prochaine rentrée : ne pas hésiter, pas le cap … faire écrire « TECHNO ». Tout le monde comprendra et c’et dans l’air du temps.

    Dans 2 ans ce sera « TEC-NO ». Pour la suite je ne sais pas encore mais ce que je sais c’est qu’on arête pas le progrés ! :-)

  7. Morte de rire devant l’écran…!
    Je me revois il n’y à pas bien longtemps (une petite vingtaine quand même, mais bon…)à la place de ces petits 6ème, et tout ces petits détails, c’est exactement ça.
    Trop fort quoi !

  8. France Inter « Blogs à part »

    Sommes intéressés par votre blog et aimerions faire une interview, nous communiquer par retour de mail vos coordonnées téléphoniques.
    Merci et cordialement

  9. Et voilà, cécile qui plombe son make up, france inter qui fout le grapin sur le blog, pffff, c’est Saint Trop quand BB y a débarqué ici…
    Je vais me ravaler la façade et je reviens.
    Des bizetes

  10. Ils ont de la chance tes petits 6eme quand même, à mon époque (c’est à dire pas trop mais un peu…enfin, 15 ans facile quoi), le prof de techno il nous faisait compter les petits carreaux (toujours un cahier à petits carreaux en techno !)puis faire des belles lettres bien droites genre 3 carreaux par lettres…ça nous occupait bien, là on se disait tout de suite qu’on allait en chier quand on devrait bosser sur un circuit imprimé (sauf qu’on le savait pas encore), mais bon au final, on réussissait tous à faire rentrer le titre ! En noir ou bleu, sans fioritures, même pour les filles, on est pas là pour déconner non plus !

  11. Trop mimi tes 6ème Charly, j’ai passé un bon moment avec eux grace à toi!!!!
    Moi je l’aurais écrit en diagonale le titre…:-D

    PS: je rêve ou tu deviens célébrissime????
    En tout cas, c’est plus que mérité!!!!!!!!!

  12. Ha! Ha!

    Alors ça, c’est du VECU! Non seulement en tant qu’élève mais après en tant qu’enseignante! C’est vrai qu’ils font ça, les petiots, j’adore trop!!! Et je fais aussi ça, je les observe discrétos et je ne dit rien, parce que couper leur enthousiasme, ça me fait mal au cœur! Belle note qui me rappelle plein plein de bons souvenirs avec mes élèves!

  13. Ah là là, c’est vrai que technologie c’était chiant à écrire, ça rentrait JAMAIS sur les étiquettes!!
    Mais alors moi, qui n’ai eu QUE des profs de techno tous plus pervers et sadiques les uns que les autres, on m’obligeait à écrire TECHNOLOGIE en énorme comme ça avec la règle pochoir là, le machin en plastique souple avec des lettres découpées dedans, que je sais plus comment ça s’appelle qu’on devait racheter tous les ans, et ben c’était d’un moche j’peux t’dire!
    Cela dit, « technolo » j’adore!

  14. Ben du coup, ça me fait penser que j’aurai plein de choses à dire sur le remplissage des formulaires de rentrée…
    J’ai hâte de lire le d&but de tes cours avec toutes tes classes, et vos tribulations avec Christophe et Cie.

  15. Hé, hé, hé, m’en fiche moi, la technologie dans mon collège ça s’appellait « EMT » . Jamais eu de problème de crash en fin de ligne…

    Pour Polysémie, le machin en plastoc avec les lettres pré-découpées, ça s’appelle un trace-lettre, ça je l’ai découvert en fac pendant les cours de cartographie, ceux où on sortait de la salle avec de l’encre de Chine jusque dans les cheveux pour les plus maladroits!! Ah, un bon vieux Rotring qui bave juste au moment où l’on trace la dernière lettre, et la lame de rasoir pour gratter la tâche…

  16. Décidément, ce blog est un vrai bonheur. Soi j’agonise de rire, noyée dans mes larmes, soi je me retrouve avec un sourire tout attendri.

    Merci Charly !

    (tu nous diras pour France Inter, hein ?)

  17. Premier passage ici… Je suis émerveillée. Je reviendrai !

    PS : Moi technologie, je l’écrivais en diagonale sur toute la page de garde… Mais des fois, ça ne rentrait pas quand même…

  18. Approchant de la soixantaine et de la retraite (j’espère qu’elles arriveront ensemble) et au terme d’une carrière enseignante variée, je termine en temps que prof de techno.
    Et là, comme Charly, je découvre, amusé, les sixièmes qui arrivent. J’en est des choses à raconter, à décrire, mais gros problème : je n’ai pas le talent de Charly. Alors je me contente de le lire. Qui sait, peut-être un jour vais-je l’imiter ?
    Ah si, je ne connais pas la taille de Charly, mais sans être un géant, je mesure 1m80. Et alors ? et ben quand il y a un p’tit sixième qui est juste devant moi et me regarde, j’ai du mal à garder mon sérieux lorsque inclinant sa tête vers l’arrière, sa lèvre supérieure se relève pour le transformer en castor. Là, ils sont fondants. Comment les punir même s’ils ont fait une grosse bourde.
    Alors faut continuer hein, faut pas nous lâcher, Charly.
    Pis surtout, faut pas prendre la grosse tête. Difficile de rester nature quand les médias débarquent

  19. Merci de cette belle tranche de rire dès le matin.
    J’avoue que si j’en ris aujourd’hui, c’est parce que je suis à le retraite depuis 4 ans maintenant.
    J’ai enseigné — du moins ai-je essayé — en fonction des années — les Sciences Naturelles, la Biologie, les Sciences de la Vie et de la Terre…
    Et les pages de garde :-)
    Les petites fleurs roses à paillettes de ces demoiselles, les titres façon tags de ces jeunes gens. Sans compter les exigences à géométrie variable des IPR: classeur, pas classeur, grand format, pas grand format…
    Je n’ai aucune nostalgie et pas le temps de m’ennuyer non plus, mais retrouver sous la plume d’un collègue ce qu’on a vécu permet de mesurer l’état de zénitude atteint au cours de 30 ans de collège dans le 9.3
    Bon courage à tous — profs et élèves — et je mets illico ce blog dans mes favoris.

  20. je pleure de rire…snif!

    bon, ok, je suis écroulée devant mon mac… je vais vite aller lire les archives (enfin je vais bosser un peu mais je sens déjà que mon après-midi est foutue, enfin pas complètement parce que je vais rire…)
    Alors à bientôt!!

  21. Ben moi je n’ ai pas ri, j’ ai été très émue. Notre Charly révèle ses vrais sentiments envers ses élèves. Jusque là il nous faisait rire, il cachait ses vrais sentiments, aujourd’ hui c’ est un cours émotionnel autant qu’ attendrissant qu’ il nous livre. Merci beaucoup monsieur le Professeur. Vous êtes un ange. J’ espère que plus tard vos élèves se rappelleront de vous avec tendresse et regrets comme aujourd’ hui les sentiments que vous leur témoignez.
    Bisous, je regrette de n’ avoir pas connu cette matière. Remarquez, serais-je plus intelligente aujourd’ hui? Hi hi hi!!!

  22. Coucou Charly ! Tu me ferais presque regretter de ne pas être en collège cette année … Au lycée, finies les pages de garde à fleurs ou autres dessins … snif …
    Et j’allais parler aussi de la diagonale, mais RaphaELLE l’a fait ;)
    Bizzz

  23. Et pis d’abord, le mot le plus long c’est mathématiques. Passssque « Mat(s) », c’est familier, ça se dit mais ça ne s’écrit pas (non non je n’étais pas ch… sur les pages de garde …) ;)
    re-bizzz

  24. Génialement raconté. J’ai les mêmes en plus petit et c’est tout à fait ça.
    Le même problème se pose à mes élèves sur les cahiers de MATHEMATIQUES et GEOGRAPHIE.
    Quand à la mégafleur, j’ai aussi beaucoup sa variante: la mégarosace avec plein, plein, plein de pétales.

  25. Je débute dans cet exercice téméraire et périlleux qu’est la rédaction de mes toutes 1ères expériences en tant que prof (oooh un p’tit puceau comme c’est mignon …)
    je t’écris donc (oui on va se dire tu, on fait tous partie d’une grande famille ——-ceci est un trait d’ironie)pour te témoigner ma reconnaissance pour tes écrits aussi necessaires à notre profession qu’un frigo sur une banquise :c’est vrai que ça sert à rien, mais putin ça a de la classe …

  26. Et les yeux dans le O de technO hein hein ? Y z’en font des yeux dans le O ? Et les filles des p’tits cœurs sur le i ? Ou pas ? ….
    Félicitation pour ton ticket avec France Inter (même si que je les trouve ‘achement sékos dans la façon de te demander un ITV… D’abord on dit « MoÔossieur Charly, nous feriez vous l’honneur de… » quand on a une requête de c’type, d’abord !)

  27. Moi aussi j’ai des 6è4 !

    Tout d’abord, merci à Maud pour m’avoir refilé l’adresse de ce blog ! Eh oui, tu as eu raison, je m’y suis bien retrouvée (sauf que moi, la page de garde, je la fais faire à la maison !).
    TECHNOLOGIE, ils l’écrivent en diagonale avec moi (astuce que je leur donne). C’est un élève qui y a pensé un jour ! Pas mal non ??
    Merci Charly !

  28. Charly bulle…

    Il ya trois jours, je suis allé dans le bout du bout du vignoble champenois, à … Charly.
    C’est l’époque des vendanges et ça vibrionne comme dans une ruche. Alors, on se désaltère avec de l’effervescent et, de bulle en bulle, ça pétille…comme ta prose, Charly !

  29. Ahlala, encore une fois, qu’est ce que tu m’as fait rigolé !!!
    Et comme quelques autres, je me souviens que nous on devait faire notre page de garde au normographe !!!
    Bon, tiens nous au courant de ton passage sur France Inter.

  30. c’est vous ….

    … qui torturez ma fille qui est en 5éme et qui a recommencé son « cube » de peur d’avoir une mauvaise note … et moi qui rigole en lisant votre blog. Je vais peut-être me raviser par solidarité pour ma fille … sans rancune bien entendu. Je vais quand même lui faire lire quelques passages histoire qu’elle relativise un peu …

  31. rentrée par procuration

    Etant membre de ces profs en vacances forcées, privés de rentrée et d’élèves ne sachant que faire lorsqu’ils arrivent « en bas de la page », je me suis nourrie avec déléctation de ta prose pleine d’ironie et de talent.
    Pour te remercier de cette rentrée par procuration, je trinquerai en ton honneur à la terrasse du café dans lequel je passe mes journées à attendre le prochain remplacement que l on voudra bien me donner si je suis sage…

  32. Et avec le H ??

    Trop fort, j’étais pliée de rigolade devant ces petits 6èmes. Vrai j’adore ta façon de raconter !
    Les miens ont beaucoup de mal à placer le H de Technologie…ce qui donne des choses originales et variées…tu t’en doutes !
    Allez, continue pour notre plus grand plaisir !

  33. Improductivité

    Et ben voilà, fallait s’en douter… Après avoir subi l’éducation nationale pendant toute ma longue période d’étude, je pensais en être totalement libéré. Je travaille dans le privé, dans un domaine qu’on ne peut pas faire plus éloigné. Mais voilà, chassez le prof par la fenêtre qu’il décide de se glisser dans votre ordinateur ; je me retrouve donc devant ce blog toute l’après-midi, ne travaillant pas donc (puisque je suis au bureau).
    On peut le dire, l’éducation nationale m’a rendu improductif aujourd’hui. Et le pire, c’est que c’est pas impossible que j’ai d’autres jours d’improductivité !!

    Bon ok, improductif, mais qu’est-ce que j’ai pu me marrer moi !!

  34. le temps est long (pas que la technologie)

    Que c’est beau la gloire, Monsieur Charly.(cf FranceInter)
    Mais voilà, je cherche une nouvelle page depuis le 10 septembre et rien.
    Potasser l’interview prend-il autant de temps ou êtes— vous malade?
    Merci de me rassurer.

  35. j’ai découvert ce blog par hasard, et je ne regrette pas. ça faisait longtemps que je n’avais pas autant ri en lisant les « déboires » d’un prof.
    Je me rappelle que j’avais des problèmes aussi avec mes pages de garde. Mais j’ai vite trouvé la solution : l’ordinateur est mon ami ! Ben oui, avec lui, « technologie » tient toujours sur une ligne ! ;)
    Chouette blog, en tout cas

  36. Merci

    :-D

    Je dis comme Nandou Guanaco. J’ai eu quelques profs comme toi. Et c’est grâce à eux que je suis pas trop con, aujourd’hui à 50 ans, et que j’aime toujours la vie !

  37. REVUE DE PRESSE

    Quelle consécration, ce matin, petit papier sur France Inter sur « Charly le prof »…
    Le journaliste lisait des extraits de ta note sur la première page du cahier de techno, et je me suis dit  » mais j’ai déjà lu ça? mais ou?? » et lui de citer ton blog.
    BRAVO!!!!

  38. entre les oreilles

    J’écoute france Inter, ce matin, sur Blog à part, j’ai bien ri. « Un prof qui parle comme ses élèves », ben dis donc. En tout cas, j’apprécie le verbe et très corporate, je promets de venir lire plus souvent les aventures de Charly le prof.
    A bientôt !

  39. à quand la librairie??

    Je ne sais pas si mon mail adressé à « contactez-moi discrètement » s’est perdu dans la blogosphère, ou si votre réponse (au cas ou vous avez répondu) s’est noyé dans mes spams du week-end, mais je vous proposais un projet d’édition.
    Voilà, comme ça, tout le monde le sait!! Me reste plus qu’à espérer que vous lisez vos commentaires…

  40. Je ne crois pas qu’à france inter on saisisse bien la manière de parler de nos chères têtes blondes … car si ils pouvaient utiliser seulement des mots comme « gauffré » « niqué » ou alors « comme d’hab' » ( quoique tout de même « d’hab' », ne fleurte t’on nous pas là avec la décadance grammaticale qui annonce la délinquance orthographique?!)non franchement t’as eu raison fallait pas y aller … vive le devoir de réserve …!

  41. La suite…

    Bravo pour cette prose, on s’y retrouve tous, mais j’ai hate de lire la suite de tes aventures surtout avec le robot « charly »! Je te rappelle aussi que la trotinette doit être démontée et non utilisée, mais ça m’a bien fait rire aussi..

  42. Pfff, c’ est malin, maintenant que le voilà devenu une star il nous ignore superbement.
    En plus il va se faire des nouilles encor et ne daignera même plus s’ adresser aux simples manants et humbles gens que nous sommes. C’ est toujours la même chanson, dès qu’ un génie est débusqué de derrière les fagots même académiques eh ben, hop, envolé sous les ors de monseigneur le capitalisme.
    M’ enfin, si tu nous redistribues de temps en temps quelques dividendes à savoir un petit coucou tu m’ as vu, allé va, à bientôt.
    Bisous et que la gloire soit avec vous!

  43. Finalement

    Moi aussi, j’ai entendu parler de toi sur france inter, je me suis bien marré; pour une fois que je m’étais promis de vebir faire un tour sur un blog, je l’ai fait et n’ai pas été déçu!
    Finalement, je trouve qu’on fait bien notre boulot à l’élémentaire, je ne sais pas de quoi vous vous plaignez au collège, ils savent écrire des mots, même si pas en entier.
    Continue

  44. page de garde

    T’as de la chance ! Moi j’ai connu l’EMT. Le temps de leur faire écrire « éducation manuelle et technique » en majuscules de 10, centré sur la page on était déjà à Toussaint !!
    Maintenant je m’épargne l’épreuve : première séance : programme, consignes et pour la prochaine fois vous me faites la page de garde, au choix à la main ou à l’ordinateur (avec une illustration en rapport). Je vois de tout, entre ceux qui ont gribouillé Technologie avec 11 feutres et une ampoule apparemment allumée au vu des 3 traits qui la surmontent, ceux qui m’ont dessiné toute leur installation avec l’ordi, l’imprimante, le scanner, le meuble qui va avec, la photo de famille au dessus et le pot de fleurs sur le guéridon à côté…Et ceux qui m’ont sorti une superbe page imprimée illustrée de composants électronique. Je consulte leur fiche. Zut, le père est prof de techno, il va falloir que je soigne mes cours !

    Bon courage…

    PS : ce matin j’ai déchiré 2 pages de garde pour cause de tecnologie, c’était en 4ème !!!

  45. D’abord

    le plus long c’est Education musicale !!!! Faudrait voit à pas l’oublier cette matière là aussi ;-).
    C’est avec des blogs comme le votre que parfois je me demande si mon congé parental est une bonne décision.

    Euphro, prof de zique

  46. Hou hou !!! Y’à quelqu’un ?
    Et comment on fait nous sans notre tranche de rire quotidienne ?
    Ils t’ont gardés en otage à France Inter ou quoi ?

  47. c’est vrai quoi…

    deux mois d’attente pour s’avaler en deux deux les quelques posts de septembre et puis rien plus rien, alors on piétine, on s’impatiente, on s’énerve, et c’est pas bon pour le cœur ça…
    espérons que tout va bien et à très vite de vous lire
    salutations essouflées (du fait du cœur, du fait de l’impatience qui provoque l’énervement du fait de…)

  48. Cela va se voir !

    Charly … fais gaffe, on va être démasqués !
    J’ai pratiquement déserté le net (sauf sur mon blog ou j’ai joué avec la programmation de mes articles) depuis … la rentrée !
    Tu crois qu’ils vont s’apercevoir qu’on a filé ensemble ?

    ;-)

  49. ça me rappelle des souvenirs…

    Ah, le doux quotidien du prof de français/langues/ou quoi que ce soit. C’est vrai que nous, gente enseignante, avons l’inimaginable chance d’avoir « le betisier des collèges » en direct et au quotidien. En cours de sciences, nous avons 42 vertèbres, le coude a une rotule (oui, parce que, vous comprenez, si on enlevait la rotule du coude, on pourrait se donner un coup de poing dans le dos..? (question d’un élève de 3ème)), les muscles sont attachés aux os par de la glue et les membres supérieurs sont la tete tandis que les membres inférieurs sont le reste. En 3eme, toujours.

    Je me vois bien dans la blouse du savant fou….

  50. Comment affronter l’automne qui pointe le bout de son parapluie, comment supporter la rentrée qui pèse sur mes épaules (hé, oui 4 semaines déjà), bref comment vivre sans une petite marrade de temps en temps.
    Charly vite revenez.
    Pourquoi nous punissez-vous,ai-je pensé si fort que j’avais pas aimé du tout le ton de franceinter l’autre matin? Un peu de respect que diable ou … un peu plus d’hhumour.
    On parle de Charly.
    Alors cessez de bouder et revenez.

  51. ALLO !!!

    AH ça quand il s’agit d’emboutir l’arrière train de Paris Hilton ou de faire une partie de Pacman il y a du monde hein ?!… mais dès qu’ on arrête de parler Schocobons et M&m’s y a plus person … allez fais zi nous voir un peu ton sens aigu de la pédagogie … reviens !!!

  52. Faut suivre en classe!

    … car il avait bien dit en partant en vacances en juillet qu’il ne reviendrait pas avant octobre;il nous a fait une tite faveur pour la rentrée.Donc patience dans les chaumières,là il bosse!

  53. je suis fan!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    hello Vharly,
    je viens de découvrir ce site et je suis deja fan de Charly!!!!!!!!!!!! tes récits sont des chefs d’œuvre comme je les aime et me rappelle les miens sur d’autres sites!
    merci pour cette qualité d’humour
    papy un prof d’histoire géo fan de Monsieur charly

  54. Houhou?!

    Découvrant ton blog j’ai encore le sourire scotché aux lèvres. Je n’ai pas tout lu, hé c’est le ouikend, mais je me rattraperai pendant les loooongues minutes avant les conseils de classe.
    Ensuite j’attends avec IMPATIENCE la suite du caftage sur tes collègues (daté de juin 07) notamment sur les profs d’arts plastiques car tu l’auras deviner j’en suis une

  55. merci

    Merci pour ce grand moment de bonheur. J’en ai encore les larmes -de rire — aux yeux, et la tribu a dû me prendre pour une douce dégénérée en me voyant me gondoler devant mon PC.

  56. QUoiiiiiiiiiiiiiiiii Charly tu snob une Editeuse ?!! Mais Charly, c’est une femme aussi, p’tet qu’elle va te proposer le coup d’la plume (vi vous les hommes vous avez l’coup d’la panne et nous les dames on le coup d’la plume… Mais si celle toute froufroutante avec laquelle vous finissez souvent par signer… le contrat de mariage ;-)

  57. exactement çà

    j’ai un Matthias qui m’a fait toutes les formules décrites plus haut…
    Il voulait absolument que ce soit nickel
    La dernière mouture, superbe, mais oh rage oh desespoir, le E avait été oublié…
    il l’a mis , echelle 10% parfait dans la forme au pied du I.
    j’aime bien votre façon d’écrire

  58. vrai

    Bravo Charly, c’est tellement vrai qu’on a le droit d’en rire et en même temps tellement en dessous de la réalité qu’on aurait envie d’en rajouter.
    Merci de faire partrager avec un rien d’hulour débonnaire ce pur moment « désencadré ». amicalement tecnololo. Sinval

  59. euh…excellent !…ma fille est en 601….elle a recommencé sa feuille de présentation 3 fois avant d’avoir nickel sa marge à 1cm du bord partout…et elle a rendu sa copie au prof…trop fière qu’elle était…l’avait juste oublié le E à TECHNOLOGI…trop dur la vie, j’vous l’dis ;-)))

  60. ‘Tain c’est pas possible, nous la page de garde en 6è fallait la faire au crayon à papier, sur du papier à petits carreaux, en écriture normalisée (3 petits carreaux de haut, excuse mais c’est la merde pour mettre la barre du E qui est sensée être au milieu, parce que là le milieu tombe pas sur une ligne du coup, l’angoisse), et fallait commencer par la lettre dui milieu pour pas déborder.

    Ils ont brisé ma créativité.

  61. tes petits Nicolas et toi

    Mais c’est que ce Charly me ferait presque regretter de ne plus enseigner en collège!
    Quel style ce prof de techno!
    Ce sont tous des pettis Nicolas tes élèves ou es-tu le fils caché de Goscinny?
    Continue à publier!
    chutney

  62. On est tous un peu des 6è4

    Félicitations pour cet article qui m’a fait hurler de rire et m’a rappelé mes années collèges, bien que ma prof de techno en 6è, si elle voyait ne serait-ce qu’un millimètre de Stabilo, elle nous décapitait. Le problème avec les titres funky, c’est que ça m’a poursuivie pas mal de temps jusqu’au lycée.
    J’ai toujours gardé un p’tit côté 6è4 en moi. Maintenant, à la fac, y’a pu trop l’temps de sa’donner aux joies du titrage métaphysico-cosmique, mais je me souviens de mes prouesses en ce domaine avec nostalgie. Faudra que j’en parle sur mon blog, tiens. De la 6ème à la con que j’ai été!!

    Shlimbo

  63. T-E-C-H-N-O-L-O-G-I-E

    Moi j’l’avais casé en montagnes russes, et sans fioritures, mais c’est mon prénom qu’était casse-cou*lles à loger (Eh oui, même pour une femelle.) X].
    Enfin y’en a qu’ont jamais vu mes notes de français, j’logeais l’équivalent de cinq copies doubles sur une copie simple. J’écris à chaque interligne (savez, par carreaux y’en a 4 ou 5), pis après jusque dans la marge avec des flèches.
    L’mot rebelle y’m’fait pas peur, M’sieur. M’enfin en 6e j’avais trouvé la combine, même si en fait j’crois le stabilo avait tenté mon esprit, jusqu’à ce que je colorie juste à côté du « T ».

  64. flash back

    whoo ! Alors là j’ai l’impression de retourner en arrière toutes ces conneries je les aies faites !

    quand j’étais à l’école au moment ou on doit apprendre la grammaire ,je trouvais que les conjugaisons étaient trop arrogantes avec leur finition pas possible ,alors j’ai pris le crayon de couleur bleu et j’ai fait une belle cascade d’eau sur les colonnes de verbes plombés les unes en dessous des autres ,le résultat était bluffant ,avec ça je pouvais pas les louper les terminaisons !
    sauf que la maitresse les as vues de loin aussi.
    elle a arracher ma page en hurlant.

    je suis devenue graphiste.

  65. jubilatoire

    bonjour, et merci à croc qui m’envoie chez toi
    je ne regrette pas de m’être exécuté en confiance
    j’ai la version maman de 5 enfants dont 4 au collège et au-dessus, et franchement pour toutes les pages rédigées à la maison, j’ai a peu près les mêmes constats et un peu plus de marge d’action aussi, je n’en ai que 5…(ptit rire)

    et puis çui qu’est en 6e4 (tiens?!) y mdis que son prof de techno(logie, mais ça t’as raison, on s’en fiche…!) il est en phase précision millimétrique
    et du coup ils ont rédigés ensemble au millimètre près chaque lettre avec notation sur 20 de la page de garde à la clé.
    bon, ça se discute
    en tous cas mon minutieux gamin, lui, y a trouvé son compte…surtout qu’il yavait quand meme de la place à la créativité…
    maintenant savoir si c’est réalisable avec toutes les classes, ça…c’est autre chose, et pis faut qu’y zaient leur matériel pour tout mesurer…soupir…
    en tous cas, ça fait du bien de te lire m. le prof, un régal…
    jm’en vais attaquer d’autres sujets…
    I’ll be back

  66. bien payé !

    20 points pour une page de garde, ça me parait beaucoup !?… ils ne vont passer leur temps qu’à faire des pages de garde!… au risque que l’intérieur soit vide ! ;)

  67. ça me rappelle mes cours de techno, ma prof était super stricte pour la page de garde, fallait la forme là la taille là etc… moi qui sait pas tracer un trait droit avec une règle ni compter sans calculette, ce fut l’horreur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *