Les 6e4 et les pompes enchantées

Ou : c’est lorsqu’on s’y attend le moins, qu’il ne se passe pas grand-chose.

Cette phrase me fut inspirée lorsqu’absorbé par ma quête d’anecdotes afin de remblayer ce blog, je tombai en émoi devant les tatanes à Bourzig.

En effet, deux superbes baskets ornaient ses espingouins. De couleur orange, un orange fluorescent tirant vers le vindicatif avec de jolis reflets outrageants, dont on peut raisonnablement estimer qu’une exposition prolongée à son rayonnement, ne donne un léger hale aux 6e4, tant il est vrai qu’une telle intensité aurait rendu envieuse n’importe quelle source radioactive.

Mais ne soyons point trop taquin me dis-je, je me contentai donc d’une simple observation auprès de mon enluminé des pieds :
— Hé bé Bourzig, que voilà une bien belle paire de baskets…
— Oui je sais, 28,90 € à la Halle aux Chaussures…
— Une paille en fait… mais dis-moi, ne sont-elles pas un peu grandes ???
— C’est ma mère, elle a pris deux tailles de plus pour que ça me fasse jusqu’à la troisième.

En mon for intérieur, je fis un rapide calcul : à la vitesse scolaire de Bourzig, dix pointures supplémentaires eussent été plus prudentes, mais peut-on reprocher l’optimisme d’une maman ????

— Sage précaution. Pis elles sont discrètes tes baskets, manquerait plus qu’elles clignotent…
— Mais elles clignotent !! Regardez, j’appuie là… et hop…

Bon sang !! Il disait vrai !!! Ses baskets clignotaient !!

J’observais, admiratif, les baskets clignoter, et je fus soudain transporté à travers l’histoire de l’humanité, ému, arpentant ce fabuleux chemin qu’est l’histoire des inventions, cette épopée qui nous mena sans coup férir du silex au presse-purée, en passant par l’exploration lunaire et le fil dentaire. Alors je m’inclinai devant Newton, Einstein, et Adidas, scotché par cette synthèse époustouflante du progrès qu’arborait Bourzig fièrement en bandoulière, mais au niveau des pieds.

C’est donc un Bourzig tout clignotant du bas qui fit quelques pas dans l’allée afin d’exposer à l’assistance ses deux gyrophares et les 6e4 furent ébahis par le spectacle. Fanny fit remarquer très justement qu’on pouvait à distance le confondre avec un camion de pompier, et Bourzig n’en fut pas peu fier, car venant de l’être aimée, le compliment valait demande en mariage, le pompier étant très bien coté dans nos contrées.

Alors il se répandit en explications, maîtrisant visiblement sa matière, exhiba ses pompes devant l’auditoire, d’abord à cloche-pied, puis accroupi pour que ça fasse de l’ombre, puis extension sur la pointe, puis pieds joints, ensuite jambe levée, et pour finir, exécuta moult rotations de la cheville afin qu’aucun angle ne nous échappe. Les 6e4 clairement conquis l’abreuvèrent de questions éminemment techniques, d’aucun demandant s’il y avait une roulette dessous pour vionzer en marchant, tandis que d’autres s’inquiétaient de savoir, à juste titre d’ailleurs, si on faisait les mêmes en jaune.

Seuls Morgnole et Astapouic firent la moue, peu sensibles à ces clignotements, déclarant que c’était passé de mode, que c’était juste ridicule, qu’ils avaient eu les mêmes à l’âge de cinq ans. Bourzig prit la remarque de plein fouet, alors qu’il était justement en train de coller une basket sous le nez de Trapugne pour lui faire voir les ampoules qu’on voit pas bien quand on est loin. Humilié par l’affront, il me regarda dépité, et je compris que le camion de pompier avait besoin de secours. Je fustigeai donc les deux malpropres en m’engageant devant les 6e4 à faire clignoter leurs oreilles et accessoirement leur arrière-train s’ils persistaient dans leur aveuglement. Les deux lascars m’ayant signifié leur refus catégorique de clignoter à leur tour, j’enjoignis Bourzig à reprendre sa narration.

— Oui alors heu… et la nuit dans ma chambre, mes baskets, ben ça fait comme deux gros yeux…

Ouais.

Visiblement, Bourzig possédait l’art du conteur d’antan, cette façon de diluer le détail affligeant dans un ensemble qui ne l’était pas moins, de joindre l’inutile au désagréable…

— Et mon père, il a dit que c’est pour ça que les chauves-souris entrent dans ma chambre… elles sont attirées par la lumière des baskets…

Cette irruption des chauves-souris dans sa chambre, et donc dans notre affaire, d’un frisson fit raidir mes lombaires, les 6e4 ouvrir grand leurs yeux, quelque peu apeurés, je me vis contraint de tempérer le narrateur Bourzig car avec ses histoires de gros yeux dans le noir et de chauves-souris dans la chambre, il était en train de me foutre la pétoche à toute la classe.

— Oui ben on a compris, mais tu dors avec tes baskets toi ???
— La nuit seulement…
— ?!?!
— Ma mère elle a dit qu’il fallait les porter pour les faire…

Je saluai le conseil avisé de maman-Bourzig mais priai ardemment et en silence afin que Bourzig ne fut jamais sujet au somnambulisme, car je te laisse imaginer cher lecteur les scènes d’angoisse à la vision de deux baskets déambulant aux alentours de minuit dans la maisonnée, ou stationnant devant le frigo.

— Et mon père, il a dit que quand on ira à la chasse, on me confondra pas avec les lapins…
— Je confirme.

Mais si je partageais l’avis de son géniteur, je crus bon de préciser à Bourzig qu’il n’y aurait pas plus de risque de confusion avec les sangliers et les sauterelles, ce qu’il admit bien volontiers, Morgnole ajoutant même que de tels gyrophares au ras du sol, c’était un truc à vous faire fuir les fourmis. Je réitérai à ce dernier ma proposition de clignotement jumelé oreilles/arrière-train, mais il la déclina de nouveau.

Après ces quelques digressions sur l’événement du jour, il était temps de se mettre au travail.
— Dis, tu peux pas arrêter tes trucs Bourzig s’il te plait ??? Ces clignotements, ça finit par être pénible…
— Ben… j’arrive plus à les arrêter…
— ?!?!

C’est donc tous feux allumés que Bourzig passa la séance, clignant des pieds une heure durant.

Mais je ne te cache pas cher lecteur, que de le voir ainsi briller en cours, remplit mon cœur de joie.





92 réflexions au sujet de « Les 6e4 et les pompes enchantées »

  1. 6è4???

    N’étaient-ils déjà pas tous en 6è4 l’an dernier? Serait-ce donc une « vieille » histoire? Hum hum, pas clair tout ça…
    Mais heureuse de te relire! Bonne rentrée!

  2. Excellent ! Quelle finesse, et l’apparition des noms comme Morgnole et Astapouic m’a bien fait rire, comme tout le reste de ce billet de rentrée !

  3. Moi, ça ne m’etonne pas trop de retrouver Bourzig en 6e 4, il ne semblait guère brillant l’an passé…scolairement du moins… mais je vois qu’il commence cette année sur de nouvelles bases…
    Bon retour parmi nous, Charly !!!

  4. oh hé Charlyrobot

    t’as encore le temps de bloguer, avec ce nouveaux programme bien pourri, à mettre en place sur 3 niveaux?????

  5. nouvelle venue

    super ton blog!!!!!j’essaie de le faire lire a mon fils qui lui fait sa rentrée en sénior de collége.bourzig est a son gout,ils pourraient etre bons copins ces deux là…..bon allez on va bosser le brévet!!les doigts dans le nez, me dit-il!!

  6. génial

    tu démarres bien !

    attention au feu rouge , il faut s’arrêter !

    tu peux lui suggérer des protections/basket , il les aura pour ses études tertiaires voire quaternaires

    bonne rentrée
    mes amitiés cordiales et nostalgiques (quelque part)

  7. contente de ton retour !!

    Alors là les tennis qui clignotent on est vraiment dans la science fiction. A notre époque le seul faite d’avoir des scratchs nous mettait la joie au cœur. Comme quoi les époques ….
    Bonne rentrée à tous

  8. Ah natomie !

    Mon Dieu que j’aime l’expression « porter fièrement en bandoulière mais au niveau des pieds ….. » !!!!
    Si l’expression n’est pas déjà brevetée, ai-je l’autorisation du Maître Charly de la réutiliser — à bon escient, s’entend ?-
    Mes amitiés aux p’tis nouveaux, Morgnole et Astapouic, la 6e4 est décidément bien prometteuse !

  9. moi aussi j’avais des baskets qui clignotaient (j’ai 24 ans, pourtant!) mais seulement quand je tapais du talon parce qu’il y avait un faux contact… tant mieux, vu qu’avant d’arriver à la caisse ma mère et moi n’avions pas remarqué les loupiotes… la tête de ma mère quand la caissière en les bipant l’a informé « qu’on pouvait changer les piles »……
    et, grand maître Shar Li, merci d’être revenu de vacances!!!!!!

  10. Ah ben enfin, après avoir lu tout ton blog au mois de juillet (oui oui!), je désespérais d’avoir des nouvelles de Charly le Prof!
    Très bonne histoire, j’aime beaucoup ce Bourzig et tes talents de conteur!
    Bon maintenant, t’as intérêt à faire clignoter ton blog régulièrement!
    Gros bisous

  11. Un article brillant!! Je suis ravie que tu sois de retour, avec du lourd, Bourzig.
    Je pense qu’il faut que tu lui apprennes la triste nouvelle : non content d’avoir qq classes de retard, Bourzig a qq modes de retard : à présent, les baskets in, c’est celles qui disposent de roulettes à l’arrière de la semelle. Si la grippe A ne décime pas les 6èmes, ces baskets devraient permettre d’éclaircir significativement les rangs. Une mauvaise chute est si vite arrivée…
    J’espère que la rentrée a été bonne!

  12. Enfin

    L’une de mes grandes joies au moment de la rentrée (si si je vous assure, on peut être content de faire une rentrée scolaire) c’est de retrouver toute la verve du prof……En route pour une nouvelle année satirique, pleines d’avanteures et tendre. Merci d’avance

  13. Rappel : la journée de l’échec scolaire du mercredi 23 septembre

    Bonjour,

    La deuxième édition de la « Journée de refus de l’échec scolaire » aura lieu le mercredi 23 septembre à Paris, Lyon et Nantes.

    France 5 Éducation et l’AFEV vous proposent, si vous êtes à Paris, d’assister à l’après-midi de débat qui aura lieu de 13h30 à 18h00 à la Bellevilloise, 19-21 rue Boyer — Paris 20e (métro Gambetta ou Ménilmontant).

    Les débats auront lieu en présence de François Dubet, parrain de la Journée. Si vous n’êtes pas libre toute l’après-midi, vous pouvez aussi choisir le débat qui vous intéresse le plus : pour voir le programme, cliquez ici.

    Est-ce que vous êtes intéressé(e)? (N’hésitez pas, si vous ne pouvez pas venir, à relayer cette Journée sur votre blog ou sur votre site!)

    ————–

    Pour rappel : notre blog de l’échec scolaire, en ligne à l’URL http://blogedu.tv/echecscolaire, accueille de plus en plus de billets/témoignages sur les pistes pou sortir de l’échec scolaire. Parmi les derniers billets : Le Hors l’école, un lieu d’apprentissage par Bernard Bier (INJEP) et L’évolution du rapport à l’ignorance par Nicole Priou (Cahiers Pédagogiques).

    Vous êtes toujours les bienvenus pour publier votre billet! Écrivez-moi si vous avez des idées!

    A très vite,

    Sarah Jacquet, pour France 5 Education (curiosphère et lesite.tv)

  14. la rentrée

    Elle est là en effet puisque Shar Li est revenu mais je suis inquiète. Personne ne t’a expliqué que les 6è devenaient 5è, les 5è… Que Bourzig ait refusé de te quitter soit, mais toute la classe!
    biz

  15. @la bureautière

    dis, madame, pourquoi on a plus accès à ton blog à toi. Charly et toi, vous étiez mes deux rayons de soleil…

  16. La claquette qui clignote

    Charly,
    tes histoires de baskets orange tirant vers le vindicatif ont fait rire tout le monde, ici. Tout le monde, sauf mes élèves. J’ai tenté de leur lire un extrait des dernières aventures de Bourzig, mais ils m’ont répondu immédiatement la chose suivante, sans appel :
    — Monsieur, mentir !
    En clair, ils n’y ont pas cru une seconde.
    Il faut dire qu’ils ne sont chaussés (pour ceux qui ne vont pas pieds-nus) que de claquettes (les tongues locales), alors, les baskets orange qui clignotent, pour eux, c’est pire que de la science-fiction : c’est carrément un mensonge !
    Bon, moi, je m’en fous, j’ai bien rigolé, comme d’habitude…

  17. Quel bonheur ! C’est savoureux !!
    Faut que je colle l’adresse de ton site en salle des profs, pour les jours de doutes et de découragement, parce que ton humour est contagieux et que ça fait rudement du bien par ces temps qui courent !
    Merci !!!!!
    ;-))

  18. mais-euh!!!

    plus d’1 mois que je viens tout les jours et aucune nouvelle de charly… je crois que cette année notre charly a d’autres occupations…

  19. CPA????

    Je ne voudrai pas désespérer les charly’s girls and boys mais je crois bien avoir vu passer un dossier de CPA pour Charly. Pour les non fonctionnaires je précise que la CPA c’est la Cessation Progressive d’Activité. Cela ne s’invente pas et créer une procédure pour permettre aux fonctionnaires de cesser progressivement de s’activer je me demande même si le regretté Coluche y aurait penser! Mais ça existe et ça permet tous les quolibets. Mais même dans ce cas le gars Charly est encore à mi-temps alors il peut encore bouger le bougre!!!!!

  20. CPA ?!???

    Il me semblait que la CPA était en EPS (Extinction Pure et Simple) depuis la dernière réforme. Les vieusques profs traînent leurs guêtres dans les bahuts et c’est pas pour toucher plusse de retraite…

  21. bon alors…

    Bon il doit vraiment être plein ton cartable, il serait temps de le vider pour notre plus grand plaisir….
    Reviens, tout peut s’arranger….
    S’il te plaît, encore un peu….
    un tout petit peu….
    une louchette……

  22. Bon, je crois qu’il est temps de lancer une alerte enlèvement de notre charly :
    Braves gens, le ministère de l’éducation nationale recherche un homme qui se fait prénommer Charly et qui se ferait passer pour un prof de technologie. Il semblerait qu’il raconte ses turpitudes dans un blog. Méfiez vous. Si vous le rencontrez, dites lui de rapidement donner des nouvelles sur son blog.

  23. Mince alors…

    Bon, je vois que je ne suis pas la seule qui s’inquiète… Et ça n’est pas fait pour me rassurer !
    J’espère, Charly, que ton mutisme est simplement dû au fait que ta real life est si trépidante que tu n’as plus le temps de mettre en ordre tes idées pour concevoir un nouveau post…
    Reviens, tu nous manques !

  24. Ou est notre vitamine …

    On s’inquiète !!! Ou es-tu??? que fais-tu?? Quand viens-tu ??? C’est démoralisant…. Tu étais notre vitamine et maintenant on se sent tous plus ou moins en manque de toi …
    Reviens nous vite !!!

  25. tiens c’est en même temps pour toi ma natouille, cette fois c’est bien moi et oui, je m’inquiète aussi de l’abandon de ce cher Charlie le prof … nous ces histoires, on se les raconte en famille, c’est pour dire, et on se marre en plus !!
    alors fugue ? enlèvement ? toute piste est bonne à explorer …
    l’albasoise … de cœur

  26. tiens c’est en même temps pour toi ma natouille, cette fois c’est bien moi et oui, je m’inquiète aussi de l’abandon de ce cher Charlie le prof … nous ces histoires, on se les raconte en famille, c’est pour dire, et on se marre en plus !!
    alors fugue ? enlèvement ? toute piste est bonne à explorer …
    l’albasoise … de cœur

  27. pfffff….

    bon bah voilà je viens voir et je reviens voir tous les jours et rien… mais s’il bosse moins il a plus de temps pour écrire non? je travaille dans un collège et j’ai BESOIN de lire ces écrits si drôles qui disent tout haut ce que l’on pense tout bas!!
    mais où est charly? (facile…)
    bon et bien… je reviendrai…demain…je ne perds pas espoir!!

  28. Je reviens au bout de 3 mois d’absence pensant que j’aurais plein de post à lire … juste un seul.
    Mais très bon, ceci dit ! Le Bourzig il doit plus avoir de pile dans ses chaussures à l’heure qu’il est ?

  29. je pense sincèrement que ce blog a pris fin sans que pour autant il ne soit devenu inaccessible. Voilà maintenant 3 mois que nous attendons bêtement. J’espère simplement qu’il n’est rien arrivé de grave à son auteur.
    Je vous suggère d’observer le site dans le détail et voir s’il subit des transformations (pub, design même infime), cela pourra apporter une réponse.
    Salut à tous.

  30. Je pense aussi malheureusement que l’envie et l’interêt de Charly se sont éteints… Et que ce bout de phrase au début du dernier volet (« (…)lorsqu’absorbé par ma quête d’anecdotes afin de remblayer ce blog (…) ») nous tiendra lieu d’explications et d’au revoir…
    Bon vent et bonne continuation à Charly, l’un des auteurs les + drôles que j’ai jamais lu…
    Et je reviendrai quand meme voir de temps en temps au cas où (j’espere) je me serai trompée!!!

  31. Je viens de tomber (sans me faire mal …) sur ce blog.
    Enseigante moi même, je fus très touchée par ta façon de narrer les choses !
    Mais … angoisse lorsque je vis la date du dernier post : 12 septembre !
    Eh mince.
    Il faudra m’armer de patience pour découvrir la suite de ces « chers » élèves … !

  32. On s’inquiete Charly, dis nous si tu es vivant…
    Ou alors ça y’est, tu as trouvé une charmante demoiselle qui a fait dresser ton sapin de Noël.
    Bref, j’éspère que rien de grave ne se soit passé et que ce soit juste un ras-le-bol.
    Bonnes fêtes

  33. Bonnes fêtes !!!

    C’est la seule chose que l’on peut te souhaiter. En espérant en effet que ce ne soit qu’un ras le bol et que tout rentrera dans l’ordre à la rentrée.
    Voilà ce que c’est d’être célèbre, on s’inquiète dès que le silence se fait trop sentir et dur trop longtemps…
    A très vite j’espère !!!!

  34. Mort de rire

    Je découvre ce blog par hasard, et ce hasard fait bien les choses. J’ai bien rigolé à la lecture de ce billet avec les pompes clignotantes du fameux Bourzig.
    Promis, juré, craché, je reviendrai.

  35. Dis, Charly… tu reviens quand? Comme tout le monde voilà + de 3 mois que je viens régulièrement ici avec l’espoir de trouver de nouveaux posts…
    On t’attend pour la nouvelle année!
    A bientot! :)))

  36. Sniff.. ce blog m’apparaît morne et mort, trois fois hélas.. depuis septembre que je passe régulièrement, rien…alors bonne année, Charly, et bon vent….

  37. Charly nous a peut-être abandonnés momentanément pour se consacrer à l’écriture du roman du siècle…
    On se console comme on peut…
    Tout de même, la vie est moins gaie depuis le 13 septembre qui marque le début de notre grande solitude.

  38. Pas de panique les enfants, IL est vivant et BIEN VIVANT …

    Mais que voulez-vous, il faut que jeunesse se passe (ouais, il se croit encore jeune le Charly, enfin bref …)

    Il parait qu’il … bricole ….

    Ah, je voudrais bien voir cela … cela doit être du propre …

    Je n’ose imaginer les fins de chantiers …

  39. Où : c’est lorsqu’on s’y attend le moins, qu’il arrive quelque-chose :

    Histoire de Leds :

    Cà se passe en 6e6. Histoire de vérifier que le fichier « dernier cours de techno » n’a pas été écrasé par « résultats des équipes de foot du WE », je pose la question, en montrant l’objet :
    — « Quelle solution technique a été choisie ici pour l’éclairage du vélo ? »
    Un doigt se lève aussitôt au 1er rang, je donne la parole à Florian (ET débarqué par erreur sur la planète ZEP) :
    — « C’est un éclairage à LEDs. »
    En un quart de seconde, j’assiste alors au réveil de son voisin Bourcif, les yeux s’ecarquillant, puis, n’y tenant plus, le coude lancé dans les côtes de Florian, et la question qui fuse :
    — « Ben, à l’aide de quoi ? »
    Je réponds alors :
    — « Eh bien, à l’aide de LEDs ! »
    J’ai cru que les yeux de Bourcif allaient sortir de leur orbite et j’ai hésité à faire appel à l’infirmière pour lui réemboîter la mâchoire …

    Bon, Charly, je te mets au défi de nous narrer une situation vécue plus amusante que la mienne. Sinon, je fais appel à tous nos collègues qui prendront ton site en otage. Mais ce n’est pas ce que je veux …
    Donne nous de tes nouvelles, quelques mots nous suffiront … dans un premier temps.

  40. désolée, mauvaise manip

    pour une prof de techno, c’est la honte de poster 2 fois le même commentaire …
    « Computers are wonderful. Whatever happens,no one is to blame. »

  41. Tu me manques

    Je passe.
    Je repasse.
    Je repasse encore.
    Mais les 6ème 4 n’ont plus leur guide. Rien que leurs pompes. Enchantées, tu me diras… Certes…
    Mais moi, je déchante à chaque fois que je clique sur ton lien dans mes favoris…

    Tu me manques.
    Gros bisous à toi.

  42. Où es-tu? ou, où en es-tu?

    Je viens, passe et reviens mais à chaque fois même immense désespoir de voir le compteur bloqué sur le 12 septembre 2009 !
    Mais je ne lâcherai pas prise, pire qu’un Bourzig et son cours de techno.
    Reviens-nous Charly, fini le droit de retrait ou la grève ou quoi que soit.
    Tu nous/me manques…

  43. Une feignasse de prof…
    ouaips…..
    Tous des feignasses….
    Lui… surtout…

    Fonctionnaire.

    Chui sûre qu’i profite du système.
    Toujours en vacances…
    ou en maladie …

    depuis le 12 septembre i l’abuse la buse…
    j’te bise quand même…

    A te lire

  44. Dis Charly, et si on te harcèle…Tu reviens???
    J’me posais juste là question…Est-ce qu’il ne ferait pas sa rock star????
    Si c’est ça….
    Ohhh Ohhhhhhhohhhhhhoooooooooo OOOOOOOOOhhhhhhhhhh!
    ……………………………………………

  45. ???

    Habituellement je ne laisse pas de commentaire. Je passe … je ris … et je me dis « à la prochaine ». Et là encore … rien de nouveau !!! Ce n’est pas sérieux ça, Charly ! Si j’avais ton carnet de notes, j’écrirais « Manque de régularité. Devrait s’intéresser davantage à son blog qu’à ses camarades de classe. Resaisissez-vous ! »

  46. Quel bonheur!! Je retombe, après l’avoir laissé il y a longtemps, sur ce blog, (Merci Véro!) et je pleure de rire dans l’Océan Indien, en mourant de chaud sous un ventilo!!
    Merci pour cet article et aux chaussures qui brillent jusqu’ici !:!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *